ACCUEIL

Enceintes
néolithiques
de l'Ile d'Olonne
et St Mathurin

Période

Néolithique

Lieu

La chevêtelière

Date

1997-1998-1999-2000-2001-2002-2003-2004-2005

Type

Fouille programmée

Direction

P. PERIDY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site a été découvert par prospection aérienne en 1991 par Patrick PERIDY. Celui-ci long de 500 mètres et large de 200 mètres est composé de plusieurs lignes de fossés formant deux enceintes. Sa forme caractéristique laissait alors penser qu'il s'agissait d'un "camp néolithique"(vue générale du site).

En 1997, Patrick PERIDY et son équipe de l'A.R.A.N.O.V. ouvre pour la première fois ce site. Les découvertes réalisées au cours de ces fouilles ont été très intéressantes.

Durant l'été 2002, pour la sixième campagne consécutive, l'équipe de fouilleurs s'est replongée dans l'univers du néolithique. Un décapage réalisé à la pelle mécanique a permis de découvrir les structures des fossés de l'enceinte (plan des structures). La fouille minutieuse des fossés a permis de découvrir un grand nombre de tessons de poterie ainsi que des éclats de silex. Quelques pointes de flêches ont été mises au jour de même que des haches polies, parfois entières.Tous ces objets ont été traités avec une attention particulière, puisque après avoir été relevés en trois dimensions, ils ont été conditionnés individuellement dans des sacs numérotés.

Actuellement plus de 30000 objets et prélèvements sont ainsi sortis de terre ! Tout ce qui est découvert est important, notamment les morceaux de charbon piégés dans les foyers ou les différentes strates du terrain, car ceux-ci serviront à la datation des fossés et donneront une indication sur la période et la durée d'occupation du site.

Patrick PERIDY précise : " L'intérêt d'une telle fouille est de comprendre comment ces gens ont vécu et à quelle culture ils appartenaient. Une fouille archéologique pose de nombreuses questions : connaître qui a habité ce site, qui l'a construit, quelle était son architecture, comment le site a évolué, quand a-t-il été abandonné, quels sont les réseaux d'échanges commerciaux, dans quel environnement naturel se situait le site à l'époque de son occupation . Bref, de nombreuses questions qui, au fur et à mesure de l'avancement de la fouille, trouvent un début de réponse ".

Le chantier de fouilles accueille tout les étés, une équipe de bénévoles composée d'étudiants, essentiellement de la région, mais aussi venant des quatre coins de l'Europe (Angleterre, Belgique, Italie, Pologne) et même des Etats unis ! L'encadrement et la logistique sont assurés par l'ARANOV.